Monopole de la Chine sur la cigarette électronique : Un impact sans pareil !

0
136

Il y a quelque temps, le gouvernement chinois a modifié la loi qui régit son monopole sur les produits du tabac. Désormais, elle veut détenir le monopole sur la cigarette électronique. C’est justement ce qui vient d’être ajouté à ladite loi. Cela voudra simplement signifier que les e-liquides seront fiscalisés au même titre que les produits du tabac.

En plus de cela, des avertissements sanitaires ne manqueront pas sur les conditionnements. Il faut croire que la Chine veut s’assurer davantage de la qualité desdits produits. Cela va également lui permettre d’avoir des revenus fiscaux qui dépassent l’entendement. Mais, quel impact tout ceci aura-t-il sur la vape à l’échelle mondiale ? Décryptage dans ce billet !

Des mesures qui sèment la panique dans le rang des revendeurs et fabricants !

Si vous désirez vous procurer la cigarette électronique, cliquez ici et vous serez rapidement servi. Vous l’auriez compris, la production de cigarette électronique sera désormais l’apanage de la Chine. Mais, à quel prix ? À considérer les mesures prises naguère, les fabricants et revendeurs ont véritablement de quoi s’inquiéter.

Par exemple, les dirigeants de la Chine ont annoncé que la cigarette électronique va être dorénavant soumise à des normes de qualité. Ainsi, chaque fabricant a l’obligation de s’enregistrer auprès de la STMA (Administration du Monopole d’État du tabac). Il doit détenir une licence qui prouve qu’il a l’autorisation de produire des cigarettes électroniques. De plus, chacun des produits qu’ils mettront sur le marché doit être licencié.

En plus de cela, tous ceux qui s’intéressent à la fabrication auront à déposer un dossier qui révèle la source et le montant de leur financement. Comme vous pouvez vous en douter, il faudra que le montant soit suffisant pour recevoir l’approbation des autorités.

En dehors de cela, si vous désirez investir dans ce secteur en Chine, le gouvernement exige désormais que vous déteniez de la technologie et des équipements inhérents à la production de la bonne vape. Par exemple, si vos e-liquides ne sont pas fabriqués dans un laboratoire qui répond véritablement aux diverses normes, vous serez contraint de payer une importante amende.

Vous risquez même de vous retrouver en prison. Tout ce que la Chine désire aujourd’hui, c’est de produire la nicotine la plus fiable du monde. Elle attend que cette dernière soit pure à 99 %. Qu’il s’agisse de la nicotine qui sera vendue à l’intérieur ou à l’extérieur. Cela fera de ce pays un concurrent redoutable pour les producteurs qui sont à l’extérieur.

Gardez à l’esprit que toutes les normes qui ont besoin d’un temps d’adaptation devront inéluctablement être appliquées à compter du 1er octobre 2022. Passé ce délai, tous ceux qui ne vont pas se conformer à ces normes subiront simplement la rigueur de la loi.

Normalement, ce changement devrait rendre les produits de la vape, à l’instar de la cigarette électronique, plus fiables et plus transparents. En tout cas, c’est ce que la plupart des fabricants pensent. Autrement dit, ils soutiennent la présente mesure. Mais, les chiffres les trahissent. En effet, personne ne peut soutenir une réglementation qui fait baisser son chiffre d’affaires.

L’impact est grand, le constat décevant et il faut le souligner. À titre illustratif, depuis que cet amendement s’est fait connaître, RELX Technology, l’un des mastodontes de cigarette électronique de la Chine a déjà vu ses actions baissées de 15 %.

Il est essentiel de rappeler que ceux qui fabriquent la cigarette électronique et voudront commercialiser leurs produits dans le présent pays doivent aussi obtenir une licence commerciale. Avec les nouvelles exigences, les entreprises étrangères qui réussiront à obtenir ladite licence tout en respectant les nouvelles normes s’en sortiront certainement avec de faibles rentabilités.

Des revenus fiscaux de la Chine vont s’améliorer 

À bien observer les chiffres, voir le Parti Communiste Chinois (PCC) intégré la vape dans le monopole du tabac ne devrait pas être étonnant. En effet, son marché de vapotage était estimé à 1,31 milliard de dollars en 2020. Depuis 2013, une augmentation de 72,5 % est constatée chaque année alors que la croissance chinoise est de 2,3 %.

Il s’agit donc d’un secteur qui est bien rentable pour le gouvernement chinois. Vous l’aurez compris, l’industrie de la vape connaît une importante croissance depuis 2013. En tenant compte de ses avantages (la cigarette électronique étant moins dangereux que le tabac), un bon nombre de Chinois s’intéressent de plus en plus à la vape plutôt qu’au tabac.

En se convertissant, ils ne payaient plus les taxes appliquées à l’industrie du tabac. Il faut rappeler que ladite industrie rapporte près de 5,45 % des différentes recettes fiscales de la Chine. L’État chinois ne voudrait pas perdre cette importante recette. Il fallait alors en finir avec la fuite des capitaux. Il a ainsi la bonne idée d’imposer les mêmes taxes et restrictions à l’industrie de la vape.

Il veut alors jouer sur les deux tableaux. Les prix des produits vont augmenter aussi bien au niveau de l’industrie du tabac que celle de l’e-cigarette. Si les taxes doivent dissuader les quelque 300 millions de fumeurs d’abandonner le tabac, les mêmes taxes appliquées sur la vape ne leur permettent pas de choisir véritablement cette option s’ils ne doivent tenir compte que du prix, car cette alternative est tout aussi onéreuse.

Quel que soit le choix qui sera fait par le consommateur, l’État chinois constatera toujours une amélioration au niveau de ces recettes fiscales, parce qu’il aurait définitivement fini avec les fuites de capitaux. Il s’en sort donc gagnant.

Que dire sur les exportations ?

Ces mesures auront bien évidemment d’impact sur les exportations. Concernant l’export, le gouvernement déclarait que ce marché resterait libre. Les produits de vape qui seront exportés doivent respecter les normes et exigences légales de la firme qui importe. L’inexistence desdites réglementations ou leur non-pertinence aux yeux des autorités chinoises amèneront les sociétés exportatrices à respecter les normes chinoises. Il faut dire que cette mesure ne change pratiquement rien, puisque les revendeurs ne peuvent revendre sur leurs territoires que des produits qui respectent leur réglementation.

En ce qui concerne les producteurs de cigarettes électroniques et autres produits de vape, ces différentes normes et réglementations peuvent les décourager dans un futur proche. Ils auront véritablement du mal à avoir leurs marges sur d’importantes quantités de produits de même nature.

Soit, ils se verront dans l’obligation d’augmenter considérablement les prix, ce qui dissuadera certains consommateurs, soit tous devront respecter la norme chinoise. Il ne faudrait pas non plus oublier que le vieux continent et l’Amérique ont déjà une réglementation bien stricte pour ce qui concerne les importations.

Les normes de la STMA que les producteurs chinois vont devoir encore respecter vont quasiment verrouiller l’industrie de l’e-cigarette. Il sera à coup sûr difficile aux nouvelles firmes qui voudront intégrer l’industrie de la vape de trouver le soutien financier qu’il faut. Ils auront aussi du mal à vendre de nouveaux produits.

À terme, les producteurs chinois finiront par mettre sur le marché uniquement des cigarettes électroniques jetables. Le constat est déjà là. En effet, ils inondent déjà le marché européen de ces puffs jetables et scellées depuis que l’amendement est annoncé. Une chose est donc sûre, même si le reste du monde a quelques pouvoirs de décision, le monopole de la Chine sur la cigarette électronique ne manquera pas d’impacter le marché mondial.

Déjà, il faut savoir que l’Europe fait partie des plus grands consommateurs des cigarettes électroniques chinoises. De ce fait, elle sera inévitablement impactée par toutes ces mesures. Il faut croire que le gouvernement chinois est en phase d’atteindre son objectif. Tout ce qu’il désirait, c’est de préserver le marché intérieur du tabac tout en évitant les fuites de capitaux.

Aussi ne voudrait-il pas brader les exportations. En obtenant le monopole sur la cigarette électronique, plus d’une nation enviera son économie. Il a su en effet trouver le bon modèle. On attend de voir comment les autres nations réagiront face à tout ceci.

Ces avantages de la cigarette électronique qui amèneront les consommateurs à opter pour la vape

La cigarette électronique a de nombreux avantages à faire valoir devant le tabac. Le gouvernement chinois aurait vu juste. En effet, quelles que soient les taxes qui s’y appliqueraient, ceux qui tiennent véritablement à leur santé n’hésiteront pas à l’acheter.

L’e-cigarette ne dispense pas de combustion. En misant sur cette dernière, vous éviterez d’être en contact de près de 4 000 substances toxiques que contient la cigarette classique. Vous verrez alors disparaître peu à peu les maux dont vous souffriez lorsque vous étiez encore attaché à la cigarette classique. Entre autres, vous ne souffrirez plus de :

  • maux de gorge ;
  • toux ;
  • maladies respiratoires, etc.

De plus, vous retrouverez progressivement ces sensations que vous avez perdues lorsque vous étiez esclave du tabac. Il s’agit principalement du goût et de l’odorat. Par ailleurs, en vaporisant, vous aurez une meilleure forme physique.

En outre, il faut savoir que vous avez la possibilité de choisir la saveur qui fera plaisir à votre palais. Notez également qu’il vous permettra de faire plus d’économie. L’utiliser reste aussi un geste écoresponsable, car vous polluerez moins l’environnement.

Vous ne vous verrez pas dans l’obligation de jeter des mégots dans la nature qui finiraient par polluer les océans. Le choisir, c’est aussi préserver la santé de ceux qui vous entourent. En effet, l’e-cig ne dégage pas d’odeur qui pourrait indisposer votre entourage. Sa vapeur disparaît en moins de 8 secondes.

En misant donc sur la cigarette électronique, c’est votre environnement que vous protégerez. Vous comprenez certainement mieux maintenant pourquoi l’État chinois a voulu étendre son monopole dans l’industrie de la cigarette électronique.

PARTAGER
Article précédentL’acupuncture et la médecine traditionnelle chinoise
J'ai vécu 3 ans en Chine, à Pékin exactement, où j'y ai appris le Mandarin. Je considère la Chine comme mon second pays maintenant !